Previous Next
Covid : réouverture de l 'association

Avis important

 Dans l'optique de l'éventuel déconfinement, en fonction des consignes et des protocoles pour notre Région Grand Est, la réouverture de notre association se fera dans le respect strict des gestes barrières et de la distanciation sociale.

 Ainsi, pour pouvoir vous accueillir dans nos locaux de Nancy et Nilvange, dans les meilleures conditions possibles, en assurant votre protection et en évitant une trop longue attente,

L’accueil se fera uniquement sur rendez-vous.

 La prise de ces rendez-vous se fera tous les matins, à notre standard téléphonique de

   Nancy au 03 83 98 00 69,     Nilvange au 03 82 84 64 59

 Merci de votre compréhension.

Lire la suite
trêve hivernale - expulsions

La trêve hivernale est prolongée jusqu’au 30 juillet, ce qui veut dire pas d’expulsions.

Annonce du ministre du logement, Mr Denormandie, reprise par l’Est Républicain le 8 mai dernier.

En raison de la crise sanitaire, le gouvernement avait pris une première fois, mi-mars, la décision inédite de reporter la fin de la trêve au 31 mai. Elle sera finalement prolongée « jusqu’en juillet » a annoncé le ministre.

Lire la suite
Poste à pourvoir à l 'Association

Le Poste de Directeur de l 'association Amitiés Tsiganes est à Pourvoir à compter du 11 septembre. 

Ci joint la fiche de mission

Acte de candidature par mail et renseignements par téléphone au 03 55 02 02 40 .  

 

Lire la suite

Les grands rassemblements

Un groupe peut en chasser  un autre 

Nous sommes en période de grands rassemblements évangélistes :

airedegrandpassage1La convention annuelle se déroule depuis une dizaine de jours à CHAUMONT sur une ancienne base militaire, 7000 caravanes environs et l’équivalent d’une fois et demie la population de la ville accueillante.

Lors de mes déplacements sur les lieux de vie des familles je vais à la rencontre d’un groupe familial qui stationne en caravane depuis quelques jours sur l’aire de grand passage de la métropole de NANCY, Aire dédiée au stationnement des familles du voyage dans le cadre des missions évangéliste et ceci conformément au texte de loi et au schéma départemental d’accueil de cette population,

En arrivant sur les lieux je remarque la présence de deux véhicules de police, une quinzaine de personnes en cercle dont de haut responsables de la Métropole et de la police et face à eux, hommes, femmes et enfants ?

Les discussions sont tendues et les tsiganes haussent le ton, la seule arme qu’ils aient pour défendre leur droit à exister ?

Le message des Autorités est clair :

Les familles doivent quitter les lieux car un autre groupe s’est annoncé en préfecture et le préfet leur a donné l’autorisation de s’installer sur ce site pour une période déterminée, deux groupes familiaux à cet endroit ce n’est pas possible par manque de place.

Un autre terrain leur est proposé mais qui ne semble pas leur convenir pour des raisons de localisation et de nature de sol inadapté, boueuse et mal entretenue …

Elles se trouvent là, dans de bonnes conditions, sur un sol herbeux agréable en cette fin d’été, à proximité d’une zone commerciale.

Un homme se dégage du groupe, c’est le râleur, celui qui s’est désigné ou a été désigné par l’ensemble des familles pour porter leur parole.

La confrontation est bien réelle et les Autorités restent fermes avec en arrière garde une dizaine de policiers bien équipés ; la partie semble perdue d’avance malgré un dernier Barrou d’honneur de la part des familles.

La situation se détend progressivement et se termine dans une ambiance bon enfant.

Ces familles n’iront pas au clash, elles n’y vont jamais et n’iront probablement pas sur le lieu qui leur a été désigné mais sur un Ailleurs incertain plus conforme à. leurs attentes.

Par la parole, ces familles ont pu exister et défendre la situation de leur ainés, souvent malades et suivis auprès du CHU de NANCY.

Les autorités ont eu peur que la situation ne s’envenime mais ce n’est pas le cas, elles peuvent rentrer chez elles en toute tranquillité, avec le sens du devoir accompli.

Les familles ont donné leur parole, elles partiront Dimanche matin et devront trouver une solution rapidement pour à nouveau reposer leur habitat caravanes

Suite de l’histoire : Les occupants ont bien honoré leurs paroles et sont parties dimanche matin pour s’installer à un endroit à leur convenance

Latcho Drom